25 Juillet 2013
Par nuit d'insomnie

Lui, trouvant peut-être l'idée bonne pour passer le temps, en attendant les petites, s'est doté d'une bonne grippe intestinale, frissons en prime. Sur le dos donc, dès le retour d'une virée au magasin d'où j'en suis revenue avec acquisitions diverses. Peut-être devrai-je spécifier? À la Mecque du magasinage populaire, nous sommes allés pour trouver de tout. Du "Magic bullet" pour faire des smoothies comme prévu avec l'un des fils jusqu'au cahier de collants pour la petite, du rasoir pour lui au maillot de bain, encore pour la petite. En passant par de la nourriture aussi, puisque le roi de la consommation populaire étend ses tentacules dans cette direction.

Cet après-midi je me suis jointe à une sœur et ce soir à un petit groupe pour m'attaquer à ces centres commerciaux monstres, des "outlets" qu'on appelle, à la recherche de l'aubaine du siècle. Moi je cherche et trouve des cadeaux au fils resté en ville. Les autres s'habillent littéralement ainsi aux deux ou trois ans, à chaque fois. N'en parlons pas des magasineurs compulsifs. Et nous n'en somment qu'au cinquième jour des vacances.

Au fait, je n'ai rien prévu acheter ... même si je vais le faire aussi, par effet d'entrainement. Et puis, une soeurette m'a déjà donné beaucoup de ses vêtements qui ne lui font plus. Je suis même prête pour les soirées habillées de la croisière d'automne!

Première nuit d'insomnie des vacances. Le lit king size est trop grand, Lui trop loin. Quand je tend le bras, il est hors d'atteinte. Sa chaleur enveloppante est un remède à l'insomnie, comme le massage des pieds avec de la crème hydratante, ou un saut dans la baignoire pour une douche du bas du corps. Ou un tour au frigo. Mais cette nuit, je me sens démunie de tout. Pas de crème, hors question de passer au frigo, pas de douche-téléphone.

Même la maison de location est hostile. Pas une chaise dans la chambre pour le tirer dans la salle de bain privée pour lire. Sur le balcon qui court le long des trois faces du bâtiment, dans la nuit chaude, un petit vent dérangeant. J'essaie de faire une petite marche mais je me suis arrêtée, de crainte de déranger les autres, qui dorment eux, puisque leurs portes-fenêtres donnent là aussi et la plupart n'ont pas fermé leurs stores.

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

(function (d, w) {var x = d.getElementsByTagName('SCRIPT')[0];var f = function () {var s = d.createElement('SCRIPT');s.type = 'text/javascript';s.async = true;s.src = "//np.lexity.com/embed/YW/57ba5e845754ad3f4204135cea9bfa2e?id=16a4d296cb8b";x.parentNode.insertBefore(s, x);};w.attachEvent ? w.attachEvent('onload',f) :w.addEventListener('load',f,false);}(document, window));