06 août 2019
Avant et après

Une température plus douce cette semaine. Les nuits sont même trop froides pour les tropicaux que j'ai acquis ce printemps. Déjà, il faut penser à les envoyer en pépinière avant les autres. Encore deux mois à veiller sur mes arbres ce qui est ni trop ni pas assez. La semaine prochaine, mon mentor viendra leur prodiguer des soins que je suis incertaine encore à les faire moi-même, surtout pour l'ensemble de mes arbres.

La fin de semaine dernière, je suis allée à un mariage, me faisant porter dans l'escalier à 6 marches. Le lendemain, j'étais sur la terrasse d'un deuxième étage chez des amis. On m'y a porté bien sûr. Une fin de semaine joyeuse et insouciante.

J'ai recommencé à aller dans la cuisine pour aider Lui à nous faire des repas plus santé et moins coûteux. Sur le pèse-personne, je n'ai pas pris de poids malgré l'inactivité. Et je suis contente des exercices de physiothérapie qui doivent renforcer mes muscles fessiers, au-delà de la souplesse de la cheville.

Aujourd'hui c'est la date d'anniversaire de mon père. Il est décédé il y a un peu plus de deux ans. J'ai hérité de sa chaise marchette qui me sert en ce moment. Les images de mon père me reviennent fortement ces jours-ci. Quand il chantait, parlait, riait. Ses airs et manières surannées. Sa voix. Réflexions sans relâche sur la vie, la fin de vie. J'avoue que je questionne aussi ma spiritualité. Suis-je vraiment croyante ou par coutume?

Des gens cancéreux autour de moi. Aussi des gens d'à peu près mon âge qui abordent leur vieillesse avec circonspection ou prudence et lenteur de l'escargot. Ainsi vivront-t-ils plus longtemps? Je me demande si je serai comme ma mère, résiliente et obstinée. J'arrive à plaisanter même sur sa manie de couper la tête des fleurs pour les replanter, fleurs vraies ou en plastique. Je disais à l'une de mes soeurs qu'à mes vieux jours de me laisser tranquille et non me trimballer partout, pour me faire vivre leur vie et non plus la mienne. Et de ne pas me mettre un bonsaï entre les mains puisque je vais peut-être les couper pour les replanter, comme maman.

Les petites sont venues aujourd'hui reposer leurs petits pieds qui ont beaucoup voyagé en sorties estivales. Tant et si bien que la plus vieille a préféré dormir dans son lit et non venir passer un jour ou deux avec nous. Et elles ne veulent même pas aller au cinéma. Mais nous avons cousu leurs poupées de chiffon qui sont arrivées chez moi plus chiffon que poupée.

hier consulter les archives demain

retour à la page principale