10 juin 2019
Me retrouver

Les derniers jours dans ma maison du nord furent calmes. Le système d'arrosage à Lui fonctionne très bien. Après la pluie et le temps froid, nous venons d'avoir quatre jours de soleil. Trop de soleil c'est dur aussi pour certains arbres. Il faut penser ombrière maintenant.

Nous avons surtout préparé la maison à la venue de mes amis bonsaïstes hier. D'abord, il a fallu acheter un nouveau barbecue que Lui a assemblé tout en se faisant bouffer par les moustiques. Il a aussi lavé les vitres. J'ai fait une épicerie fine. C'est incontournable quand on reçoit. C'est peut-être vain puisque les amis sont vite passés en un après-midi joyeux avec du sangria et leur bouffe en grillade. Seules mes salades sont servies. Les fromages demeurent entiers. Mais fils benjamin est venu avec sa copine. Un plaisir pour moi de les présenter.

En arrivant les amis se sont extasiés sur mes installations. Avant de repartir, à ma demande, les amis ont passé en revue mes arbres pour me prodiguer des remarques et recommandations. Puis ils sont tous repartis en même temps, en deux voitures, pressés de devancer la circulation du retour de fin de semaine. Peut-être aussi, pressés de retourner vers leurs propres arbres qui nécessitent comme les miens soins et attentions.

Lui est retourné en ville hier matin, ratant les amis mais les rendez-vous d'affaires n'attendent pas. J'ai passé une nuit tranquille et chaude. Les chambres en haut le sont devenus après tout ce soleil. Pourtant la maison est fraiche, assez pour qu'une amie s'y méprenne, croyant que j'ai l'air climatisé.

Belle journée aujourd'hui, moi concentrée dans mes affaires, horticole et domestique. Traitement d'insecticide et de fongicide sur le paysage côtier où les petits ormes sont attaqués par la tache de l'orme (Gnomia ulmea). Lui l'avait remarqué il y a quelques jours, je n'ai vu le sérieux qu'aujourd'hui. Encore une preuve qu'il faut scruter les arbres souvent et minutieusement.

Peut-être ai-je bien dormi au petit matin, je me sens très bien seule dans la maison. En repassant dans la pièce-boudoir-bibliothèque en haut, près de ma chambre, j'ai feuilleté quelques livres de spiritualité. Et mis la main sur un petit fascicule de prière bouddhique. Ce n'est pas un hasard. J'ai toujours été attiré par ce fascicule de prière pour la guérison. Je pense bien que je vais adopter ces mantras quotidiennement. En les lisant ce matin j'ai eu la larme à l'oeil, l'âme apaisée. Comme si j'ai trouvé une voie. Comme si je me suis retrouvée. Au fond de moi, j'ai probablement déploré le fait de m'être éloignée de mes voeux de Quy Y.

Alors que je jongle avec l'idée de prolonger l'instant magique et de revenir en ville demain seulement pour m'occuper de ma mère, fils premier m'appelle, me ramenant à mon accord de rencontrer des clients à lui. Des clients qu'il ne semble pas réussir à cerner les besoins. Je rentre donc. Sans perdre le fil de mes avancées, je l'espère.

hier consulter les archives demain

retour à la page principale