22 janvier 2008
Tant mieux et tant pis!

Hier matin j'avais consulté une cliente-amie. Après une matinée vite passée, sans que je me rende compte de rien, je crois que j'ai commencé à comprendre au moins qu'il faut que j'apprenne à avoir confiance. Non pas être bêtement optimiste, comme par pensée magique. Non pas en terme de laisser-faire ou de lâcher-prise, comme dans abandon ou abdication. Mais peut-être en ayant pas toujours raison ...

Hier après-midi, j'ai eu mes parents de nouveau à souper chez moi. Une de mes soeurs est revenue du Viêt-Nam, avec mari et bagages. Donc, en 2007, tous mes frères et soeurs sont allés là-bas, tour à tour, avec leurs familles. En parallèle, mes pieds vagabonds sont allés ailleurs, ainsi que mes envies et ma planification future. En effet, lui me dit que nous irons en Asie de nouveau quand nous pouvons nous permettre d'y aller pour quelques mois, pour qu'à partir du Viêt-Nam nous ferons des escapades ailleurs, dans les pays voisins. Moi, ça me va, il y a tant d'autres lieux à voir et revoir.

Aujourd'hui, je me suis mise tôt le matin à feuilleter le «Journal inutile» de Paul Morand, son dernier cahier, autour de la dernière année de vie de sa femme et de la sienne. Son attachement à sa femme, pourtant très malade depuis des années, qu'il exprime par des traits de plume courts et fins, est fascinant. Tout aussi fascinant, sa vie en constants mouvements, entre ses maisons, ses amitiés et ses écrits.

Neige abondante toute la journée aujourd'hui. Pour aller au rendez-vous tôt de ce matin pour conclure un nouveau dossier, il a fallu tricoter dans la circulation prudente, et lente, de l'heure de pointe. Mais ensuite, malgré la neige, sommes partis à la campagne. Arrivés en début d'après-midi, malgré l'arrêt-lunch suivi de l'arrêt-épicerie, nous n'en sommes repartis qu'en milieu de soirée.

Ce fut un de ses passages chargés de félicité et de contentement. Nous avons quelque peu replacé les divans du salon, maintenant dans un aménagement plus conventionnel, et installé un petit coin d'écriture, descendant le petit bureau du boudoir à côté de notre chambre. Je me suis assise pour regarder tomber la neige doucement sur la forêt en face.

Le soir venu, alors que lui est encore à la sieste, je me suis préparée des crevettes tempura à savourer devant le feu. Très bon! mais pas pour la ligne. Il est venu souper ensuite. Nous avons vu un petit film, «Scoop», avec Woody Allen que je n'ai pas vu depuis des années.

Retour dans la nuit limpide d'hiver, après une tempête. Au cocon, deux courriels importants de clients m'attendent, en plus des trente de réclames et bavardages incessants! Demain, une bonne journée m'attend.

Je vais me coucher, sans ma séance d'exercice, puisque lui a pris possession du tapis roulant, alors que je suis encore à consulter les courriels et faire mes recherches pour répondre aux clients. Tant pis!

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

--> 1

(function(d, w) { var x = d.getElementsByTagName('SCRIPT')[0]; var f = function() { var _id = 'lexity-pixel'; var _s = d.createElement('script'); _s.id = _id; _s.type = 'text/javascript'; _s.async = true; _s.src = "//np.lexity.com/embed/YW/57ba5e845754ad3f4204135cea9bfa2e?id=16a4d296cb8b"; if (!document.getElementById(_id)) { x.parentNode.insertBefore(_s, x); } }; w.attachEvent ? w.attachEvent('onload', f) : w.addEventListener('load', f, false); }(document, window));