25 août 2006
Corrections

Plutôt une journée bousculante hier. J'écrivais l'entrée d'hier trop vite. À midi, l'amie qui est allée à l'Armée du Salut avec moi est venue manger au cocon aussi. J'étais en retard sur mon heure de repas, ma glycémie est déjà perturbée. Hier soir, dans l'effort de recevoir à souper, pas seulement ma fille, mais aussi cet ami qui nous est inconnu, mon mari était chargé de faire quelques commissions.

La compagnie fut bonne. L'ami est en fait un autre géologue venu de France, en stage en Abitibi, et en visite à Montréal forcément. Il a de la conversation et apprécie le cognac de mon mari qui est ainsi bien content. Mais j'ai triché avec la baguette et le cambozola. Et quelques ailes de poulet pané. J'ai même servi des légumes sautées à la thaï, sur lit de riz blanc, avec des noix de cajou à mon fils qui est allergique aux noix. Il faut croire que je n'ai pas toute ma tête, et l'esprit, à la bonne place.

Ma soeur est venue faire son tour avec son fils en soirée, juste avant que fifille et copain en visite partent au cinéma. J'étais fatiguée de la journée, perturbée dans ma routine. Me coucher tôt n'a servi qu'à me faire lever au milieu de la nuit sans pouvoir me rendormir.

Voilà, ce matin, constatation des dégâts: ma glycémie est trop haute. Sur la balance, mon poids aussi. Et moi qui va avoir mes parents et la famille de ma plus jeune soeur à souper ce soir à la campagne, et tout le clan demain pour une épluchette de blé d'inde. Si je ne me reprend pas tout de suite, tous mes efforts depuis un mois seront à l'eau!

Il me reste à faire des corrections dans le bon sens. C'est tellement plus simple quand je réussis à m'isoler. Sauf que ce n'est pas simple quand la pression sociale ne lâche pas, à commencer par être deux. Et moi qui présume de mes forces! Enfin ... tournons la page!

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

--> 1