12 août 2006
Si près et si loin

Sur la surface d'eau dormante, des fonds vaseux remontent à la surface des bulles d'air anodines. Les parois de la plus grosse bulle forme bien un prisme par lequel l'on voit claire et grossie, une portion de la réalité. Mais pas toute la réalité, d'accord.

Pour nous changer les idées, j'ai accepté de faire un tour de voiture en Estrie qui a duré tout l'après-midi. Par monts et vaux, sous un ciel magnifique garni de bouquets de nuages changeants, nous avons été au parc du Mont Orford, en revenant par Bromont et Bedford. Poussant même une pointe jusqu'à Frelighsburg et Dunham. Il fut un temps où nous avons tellement voulu nous installer dans cette région ...

De retour au cocon, nous avons enfin parlé ... un peu. Ou trop. De Mars à Vénus, c'est loin.

Par ailleurs, ma fille en Abitibi passe une journée de tournoi de golf de la compagnie en étrennant son sac et ses bâtons de golf. Deux fils ont pris possession de la maison de campagne avec leur copains depuis hier soir. Le troisième est quelque part sous la houlette de sa copine. Là aussi, vous voyez, si près et si loin.

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

--> 1