26 avril 2006
Froid

Par ce temps gris et venteux, nous allons avec la femme du cousin récupérer ses cendres pour les confier à la pagode. Ensuite accompagner la veuve dans ses démarches administratives. Pendant ce temps-là, je sens monter en moi un coup de froid, la crève. Direct au lit au retour.

En même temps, la mort du père d'une copine de Paris est suivie en quelques jours de celle de sa mère. Les mails, les fleurs, les pleurs, etc. La caisse d'entraide nouvellement constituée se vide d'un coup sec.

Conférence téléphonique ce matin pour les affaires collectives. Je vais bientôt me détacher de ces fonctions. Enfin, c'est ce que je me dis alors que mes réflexes sont encore là pour offrir de l'aide...

En somme, rien dans ce que je fais aujourd'hui est pour moi, ou les miens. Promesse d'un autre jour, bientôt.

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

--> 1