07 avril 2006
Le jour d'après

J'ai dormi sans problème. Lever très tôt. Partir tous les deux vers la maison Victor-Gadbois. Sur l'autoroute 20, l'aube se pointe à l'horizon. Dans la maison encore assoupie, mon frère montait la garde. Le cousin paisible est couvert d'une pièce de tissu satinée rouge et jaune marquée de caractères bouddhiques. À visage découvert, seul son souffle est absent. Une incantation douce émane d'un mp3.

Nous veillons à l'aspect pratique. Des Mcmuffins pour que tout le monde déjeune. J'appelle mes cousines américaines. Je fais avertir l'ami qui va chercher le moine tibétain. Le médecin constate et signe le certificat de décès. Le moine tibétain arrive et procède à son rituel. La famille assiste avec des larmes silencieuses.

Les pompes funèbres sont là. Ils partent avec la dépouille. Nous formons un cortège naturel dans le couloir de la maison. La camionnette part très doucement, descendant la côte, tourne le coin très lentement. Comme un vrai corbillard. Nous viderons la chambre qui a été la dernière maison du cousin. Nous avons laissé un don appréciable. La famille est repartie chez elle. Nous irons nous aux bureaux de la maison funéraire pour des détails administratifs. Cérémonie de prière à la maison du défunt demain. Cérémonie de prière à la pagode dimanche. Crémation lundi. J'ai de l'argent plein les poches pour tout cela, selon la volonté du mort, c'est-à-dire, simplicité mais générosité envers les moines et les pagodes.

Retour au perchoir vers 14h. J'avais besoin de pipi, de manger, de revenir vers ma vie. Comment vais-je faire avec mon examen de chinois, mon programme pour étudier est à l'eau. Pire encore, lundi, à l'heure des examens, je suis sensée accompagner une cliente au notaire.

Mais là, il faut donner à fifille les médicaments en cas d'urgence et l'amener à l'aéroport avec sa cousine qui est arrivée une heure plus tard que prévu. Aller et retour de l'aéroport dans la cohue de l'heure de pointe du vendredi. Nous sommes absolument crevés. Mon mari s'est couché en arrivant. Moi, je fais une lessive et j'essaie d'écrire un mot. Une soeur est venue, avec son mari. Je raconte les derniers jours en faisant plusieurs lapsus sur les noms. Je déparle, j'ai mal partout. J'ai hâte qu'ils s'en aillent.

Bain chaud aux huiles de marjolaine, lavande et ylang-ylang. Je suis remontée pour ensuite être retournée, comme une crêpe, par lui qui, sans le dire, est content de célébrer la vie, le couple et la fusion.

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

--> 1