24 août 2004
Rien à signaler

Sauf pour ces rosiers fleuris sur ma terrasse, en attente d'être mis en terre. Et des dossiers qui avancent très doucement. J'espère qu'ils avancent plus vite que la vitesse de la poussière qui s'y dépose. Alors que d'autres attendent que je les dépoussière, mais est-ce que j'en ai envie vraiment?

Un petit tour à La Dolphine avec quinze poches de terre. Le parterre devant la maison se remplit doucement, en attendant les rosiers et d'autres plantes encore. Nous déplaçons aussi le bois de foyer, préparant la place pour recevoir la nouvelle livraison. Trop de bois accumulé pour notre capacité de consommation, comme un clin d'oeil qui me nargue, un défi d'habiter plus encore cette maison dans la tranquilité de laquelle on s'y abime. Chacun de notre côté, mon mari et moi nous jonglons avec l'idée, et surtout le moment propice, quand nous viendrons nous y installer en permanence. Un rêve éveillé encore, compte tenu de nos obligations en ville.

Ce soir, une bonne salade, un chou-fleur gratiné encore, des languettes de poulet pané et le reste du steak. Et un livre, "Psychologie de la maison: une archéologie de l'intimité" de Perla Serfaty-Garzon.

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

1

Untitled