08 août 2004
Trente-cinq

Nous étions trente-cinq en vacances, la semaine d'avant. Trente-cinq hier soir chez mes parents pour l'anniversaire de mon père. Trente-cinq aujourd'hui, chez moi, à la Dolphine.

Le baptême est lancé: les murs et les meubles ont passé le test des petits pieds et des petites mains, les choix des couleurs et la disposition des pièces ont passé le test de l'approbation des autres. Entre deux éclaircies, et malgré une intense grêle (si, si ) en milieu d'après-midi, la bonne humeur et le plaisir est au rendez-vous. Bref passages nuageux, quand mon mari n'a plus assez de mains pour sortir ses hamburgers du barbecue, alors il maltraite "ma vaisselle". Mais aussi en toute fin de soirée, quand je l'ai un peu fait attendre, pour le clou et le marteau, pour poser un dernier cadre, avant de repartir en ville, alors un mot de trop m'a peinée.

Bref, ce ne sont que les signes du passage de l'ouragan "Clan" qui nous tient trop sur la sellette. Plaisir des uns et des autres, certes, mais "passage obligé" pour moi qui commence à préférer le clan à petites doses. Ce qui est une antithèse en soi ... Alors j'ai invité encore, pour ceux que cela intéresse, de revenir dimanche prochain, puisque ma fille sera de retour. De toute façon, le frère de mon mari veut venir pour trois jours, avec ses deux très actifs de fils! Je préfère donc y être, moi aussi, mais nous verrons bien ...

Cherchant un petit détail, je suis retournée lire le mois d'août 1999. Je trouve que j'avais beaucoup d'enthousiasme en ce temps-là, beaucoup moins maintenant. J'ai vieilli, il faut en conclure. Mais aussi, c'était ma lune de miel avec l'écriture en ligne. Aujourd'hui, c'est un fait accompli. Avant, c'était le plaisir de plaire. Maintenant, c'est mon hygiène mental. Il demeure que j'assume toujours ce que j'écris, voilà l'essentiel.

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

1

Untitled