05 août 2004
Rien

Sentiment d'avoir rien fait. Alors que j'ai repassé sur la 132 à Longueuil deux fois, par distraction, trouvé des cadeaux pour une amie au centre-ville, travaillé pendant plus de deux heures avec une cliente, sorti manger au resto avec mes fils et mon mari, et fini le casse-tête, accompagné de ma soeur.

Il reste que les garçons recommencent le collège bientôt, que les affaires associatives reviennent au galop, que le ménage laisse à désirer, que cette viande m'attende au frigo. Et que le vrai quotidien me rattrape, dans la mesure où il y aura des affaires plus ennuyeuses à régler, des gens moins interessants à voir, et ainsi de suite. Voilà, je suis bien sur le plancher des vaches!

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

1

Untitled