02 août 2004
Le commerce et moi

Commerce de monde et de relations humaines, je dirais. C'est ce que je fais depuis toujours. Ce n'est pas que question de gagne-pain, mais de passion et d'obsession. Avec le net et les mails, transmettre sa vision et sa personnalité, de par le monde, quel défi passionnant!

Tiens, je n'avais pas du tout prévu commencer mon entrée du jour ainsi. J'allais vous parler de la belle table que j'ai mise au perchoir, si belle que je suis refoulée vers la petite table bistro de la cuisine pour manger comme une souris! J'allais vous parler de mes fils qui grattent et peinturent les rampes de fer forgé sérieusement, sans rechigner, et le bruit de la ponceuse, les portes ouvertes sur le soleil radieux, le va-et-vient, me font penser à une ruche, avec moi comme reine. Par extension, me voilà dans mon château personnel, heureuse et repue!

Pendant ce temps-là, je fais commerce de monde, de par le monde, avec grands renforts de mots et de mails, ne vendant rien, ne gagnant rien de plus que cette satisfaction de voir la portée des mots dosés, soupesés, pensés et écrits. Avec force et conviction, mais sobrement, généreusement.

Pour une petite heure, vers la fin de l'après-midi, je retrouve le plaisir d'être seule, enfin toute seule et chez moi. Durant l'heure, les mots furent absents, et les visages des autres voilés. Puis je suis partie par le pont Champlain, dans une circulation fluide, seule encore dans ma voiture. Pas de musique, pas d'interruption téléphonique. Seule dans mon cocon d'où je ne suis sortie que pour poursuivre mon dossier nouveau d'hier.

Commerce de monde longuement avec sollicitude dans le réceptacle de l'auto, avec une cliente de longue date. Tant et si bien que j'ai abandonné l'idée d'aller rejoindre ma famille qui est chez ma soeur plus au nord, deux ponts plus loin!

J'allais vous raconter aussi que je suis allée au cinéma pour la deuxième fois en deux jours. Hier c'était pour King Arthur, aujourd'hui pour Bourne Supremacy. Mon mari est dans sa rage cinématographique et je ne vais pas le laisser faire, sans moi!

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

1

Untitled