15 septembre 2000
Théâtre de la Vie

Une journée décousue hier, mais j'ai quand même fait ce qu'il fallait. Souper cuisiné pour la famille, compris. Sauf que j'allais au théâtre en soirée, pas tout à fait dans l'esprit du théâtre. C'est d'ailleurs la première pièce de la saison. Chez Jean-Duceppe, une pièce intimiste, je dirai: deux comédiennes, deux personnages. Une pièce qui plaira à celui ou celle qui a quelques prétentions d'écriture. Du moins elle fera réfléchir! Des bouts de dialogues qui s'appliquent bien au monde du diarisme aussi, je trouve. Monde de fiction réelle ou de réalité inventée. La vérité n'est-elle pas ce que l'on croit que c'est, et non ce qu'elle est? Et la vie qui passe, et la génération future qui te dépasse ... L'authenticité et l'originalité, la source ou la copie, la création pure et/ou l'inspiration originelle. Dans le fauteuil de spectatrice, j'étais tour à tour sympathique et empathique, à l'une ou à l'autre des personnages. Le fait que je ne puisse pas choisir mon camp, dans la question morale de la fin, témoigne de l'excellent jeu des comédiennes.

Aujourd'hui, j'ai commandé un buffet froid pour recevoir la famille de quelques frères et soeurs, à l'occasion du départ de nos amis suisses. Une merveilleuse façon de recevoir: les plats étaient livrés tout prêts. Le fourneau est resté froid. La cuisine n'a pas vraiment servi. Mais tout y est, plaisir pour les yeux et le palais. La compagnie était agréable, mon mari était fière de ses planchers frais lavés (par lui-même!) et de ses bonnes bouteilles de boisson. Moi, j'étais contente de tout, sauf des fins de soirée qui durent toujours plus que je ne l'aurai voulu. Mais, il paraît que c'est la preuve d'une soirée réussie ...

hier consulter les archives demain

retour à la page principale