22 avril 2009
Trois frères

Rendez-vous matinal au coiffeur. Une petite coupe fait du bien, même si le dedans je ne le sens pas. Retour au cocon puisque je suis partie trop précipitamment.

Après-midi complice, lui et moi, même si le dossier d'hier s'est dégonflé. Retour au sushi pour des bouchées d'anguilles grillées. L'homme derrière le comptoir, penché sur ce qu'il fait, tête appliquée et gestes précis, échangeant de temps à autre, discrètement, en japonais, avec un compagnon plus jeune, tout d'un coup, nous a regardé avec un beau sourire, en nous disant dans un français impeccable: «Bon appétit!» Un peu plus tôt, la dame au joli sourire, l'air si délicat, avec son anglais hésitant, avait offert le menu à deux mains. Décidément, ce ne sont pas de ces commerçants chinois, ou vietnamiens, avenants mais si ... commerçants.

Au Rideau-Vert, je me suis réabonnée pour la saison prochaine. À un créancier hypothécaire, j'ai écrit une lettre et remboursé 2.22% de la créance. Deux gestes de nature tout à fait différente qui m'ont mise de bonne humeur aujourd'hui.

Ce matin, bref aperçu du film «Legends of the fall» à la télé. Cette histoire d'une famille et de trois frères que nous avons tant aimée mais pas voulu revoir justement parce qu'elle nous a beaucoup touchés. C'est d'ailleurs lui qui a changé de poste.

Il y a quelque temps j'avais raconté aux trois fils l'histoire de cette petite bru chinoise du début du siècle dernier qui fut mariée, enfant, à l'ainé d'une famille plus aisée. Comme l'ainé était malade, ce fut le cadet qui s'est tenu pendant la cérémonie devant l'autel des ancêtres à sa place. Grandissant dans la famille, elle jouait avec le benjamin qui avait son âge. Au fil du temps, elle a développé des liens affectifs différents avec chacun des frères. Mais officiellement, elle est mariée au plus vieux. Un beau jour, ce dernier partit vers l'Occident et ne revint pas. Quelques années plus tard, le cadet n'en pouvait plus d'attendre et partit à la recherche de son frère. Il ne revint pas non plus. Un jour, le troisième partit lui aussi. Les années passèrent, les vieux parents moururent, soignés par leur bru. Une bru qui n'a jamais eu vraiment de mari, mais trois soupirants. Trois frères.

Racontée ainsi, l'histoire est presque bizarre, mais dans un esprit oriental, le drame prend tout son sens. Imaginez un monde imprégné d'harmonie et d'ordre, où chacun tient son rang et sa place avec honneur et assiduité. Un monde confucéen. Mes fils qui vivent au sein du clan l'esprit oriental dans une certaine mesure, ont compris l'histoire, je pense. L'ainé des trois a seulement dit que c'est une histoire triste. Les deux autres n'ont rien dit. Je n'avais pas commenté, les laissant comprendre ce qu'ils en veulent bien.

Maintenant, deux explications: quand j'avais raconté l'histoire aux garçons, c'était pour leur donner quelques reculs devant les situations, alors qu' une petite blonde, ou une autre, pénètre dans le cercle intime du perchoir où ils y vivent à trois.

Deuxième explication: j'ai décidé de noter tout ce qui précède, alors qu'il n'y a pas commun rapport avec la première moitié de cette entrée, parce que, toute la journée, je pensais intituler l'entrée du jour, «Trois frères», et camper l'entrée uniquement sur le sujet.

Mais voilà, une histoire vite, et mal, racontée à 3h du matin! Je sais, je sais, vous me direz que je suis en Amérique, au 21è siècle,et que de nos jours, les jeunes ne s'embarrassent pas pour si peu. Ils sont copains-copines, ils couchent et découchent, traversant le couloir, délaissant les normes bourgeois. Je n'en suis pas si sûre. Malgré le discours libertin de certains, d'une génération ou deux, avant eux.

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

--> 1

(function (d, w) {var x = d.getElementsByTagName('SCRIPT')[0];var f = function () {var s = d.createElement('SCRIPT');s.type = 'text/javascript';s.async = true;s.src = "//np.lexity.com/embed/YW/57ba5e845754ad3f4204135cea9bfa2e?id=16a4d296cb8b";x.parentNode.insertBefore(s, x);};w.attachEvent ? w.attachEvent('onload',f) :w.addEventListener('load',f,false);}(document, window));