19 avril 2004
Sally et cie

Je suis arrivée en retard à la réunion de 7h30 ce matin. En décidant de garder mes réflexions critiques pour moi, il me semble bien que j'ai perdu le zèle d'y être. Le reste de la journée fut variable comme la température: chaleur humide, vents violents, un peu de pluie, un peu d'orages. Journée capricieuse où Sally et cie s'est amenée en formation réduite, avec quatre de ses six membres, au centre d'achats à moitié désert, pour des photos de passeport. C'est presque un luxe de flâner ainsi, un début de semaine.

Nous mangeons des sandwiches au perchoir, ma fille s'en va louer Kill Bill 1 que je n'ai pas vu au cinéma, redoutant toute cette fontaine de sang. En après-midi, nous voilà tous allongés sur mon lit pour voir ce film qui est bien sûr moins impressionnant qu'au grand écran. J'y ai trouvé de la poésie dans l'image et une douceur dans la trame musicale. Tout comme le plaisir de s'isoler ainsi, Sally et cie, loin des tumultes de la ville, des luttes urbaines, de la lancée vers nulle part de la violence dans le monde.

Atterrissage forcé entre l'esprit de ce film où la fin justifie les moyens et ce que je fais ensuite, préparer les détails de la réunion de ce soir, où la fin risque de se perdre dans les moyens si pointilleux. Difficile de couper tranchant dans les relations et les enjeux vulgairement politiques, comme avec le tranchant de la lame d'Okinawa.

Je viens de sortir de cette réunion qui s'est étirée. Longues discussions, comme prévu, malgré une assistance plus modeste, la faute est aux Canadiens qui jouent leur match d'élimination - ou pas - ce soir.

Je ressens fortement la bulle Sally and cie, dans laquelle il n'y a pas d'histoire, pas de passé, pas d'avenir, seulement le plaisir et le bonheur du moment. Quand j'en sors, c'est pour des excursions, dans un dossier, vers une réunion, et puis je retourne dans ma bulle, ni vu, ni connu. Nous ne faisons pas de vague, nous ne nous portons pas en exemple, seulement, la preuve qu'un bonheur sans prétention est possible. Même si nous ne sommes pas parfaits.

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

1

Untitled