03 avril 2004
Léthargie

J'ai trainé toute la journée, touchant à tout, sans rien faire de sérieux. Je n'aime pas cet état. On dirait que je ne profite pas de rien faire. On dirait même que je suis une corde sous tension, dénaturée, inefficace. Tout ce que j'ai fait c'est ma grosse casserole de pilons de poulet. Comme d'habitude, je me brûle sur la face interne et tendre des avant-bras, comme je suis trop petite pour la marmite et la cuisinière rendues trop hautes. Puis je me suis recouchée en plein jour, sans manger, avec promesse à un mari étonné d'être mieux après ... 14h30! Oh, un repère comme ça dans le temps, sans raison précise!

J'ai quand même servi un repas tout chaud vers 18h, avant d'aller prendre un café en soirée chez ma soeur, dans une ambiance cordiale. Mais nous rentrons tôt: rendez-vous en tête-à-tête sous les draps! Après une journée à flirter avec le thermomètre du désir, tout en mesurant les plages de temps disponibles, à l'abri du va-et-vient des fils, rencontre réussie enfin!

Il dort déjà, avec le sourire, comme toujours. Je dormirai à mon tour, bientôt, une main sur son flanc, une jambe par-dessus sa hanche ...

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

1

Untitled