18 juillet 2001
Drôle de jour

Je pars demain pour trois jours et deux nuits, en amoureux, puisque les garçons ne veulent pas suivre. À Niagara, je veux revoir, non pas les chutes, mais cette pagode chinoise qui n'a pas fini de construire sa tour que je compte bien visiter cette année. À Toronto, j'irai au Art Gallery of Ontario pour l'exposition de la collection du musée de l'Ermitage de St-Pétersbourg. Comme je n'ai pas réussi à faire venir une amie avec moi, c'est mon vaillant chevalier servant de mari qui va conduire tout le temps (Il a mal au coeur quand c'est moi qui conduit!).

Je suis allée avec ma soeur chercher le tableau que j'ai acheté à Baie St-Paul. Je l'aime toujours, mais il n'est pas assez en valeur où il se trouve maintenant, comme je n'ai pas encore l'éclairage adéquat pour lui. Mon plus jeune fils s'est exclamé quand il l'a vu et il l'aime aussi beaucoup. Bizarrement, un détail comme celui-ci alimente mes réflexions actuellement sur mon ... testament. Ces jours-ci je jongle sur le testament qui m'inspirerait, non pas sur l'argent qui ira à qui, mais plutôt, mes livres, mon tableau, mes bijoux, des objets qui me sont chers ... Peut-être une autre fois, j'élaborerai sur le sujet.

Un peu de magasinage avec ma soeur, surtout pour ma relation avec elle, pas vraiment pour acheter quelque chose. Sauf que j'ai plutôt gaspillé des sous. J'ai acheté une bouteille de vin et une bouteille de porto qui sont bien sûr dans un sac de papier, puis dans un sac de plastique de la Société des alcools. Moi qui voulais acheter une caisse de six portos, comme il y a un rabais de 20% en ce moment. Mais le vendeur zélé insistait pour que je n'achète qu'une seule bouteille pour essayer avant, même si je lui disais que mon mari et ses beaux-frères en feront leur affaire assez rondement. Puis je me suis laissée faire, en pensant à la caisse que j'aurai à trainer ... Bref, me voilà avec une seule bouteille de porto qui a tombé de lui-même alors que je l'ai posée à terre dans les toilettes. Un petit crac et toute la bouteille de ce liquide rougeâtre qui s'est répandu partout, rapidement. Les dames qui viennent d'arriver aux toilettes poussent des cris étouffés, puis les unes rassurant les autres que ce n'est que du vin. Peut-être que les vapeurs d'alcool les excitaient déjà, elles soupiraient pour le bon vin perdu ... Alors donc, plus la peine d'acheter une caisse, j'ai déjà gaspillé tout l'argent que j'aurai sauvé par le rabais!

Ce soir, j'ai cuisiné jusqu'à très tard pour que les garçons puissent avoir à manger pendant mon absence. Je n'aurai pas le temps de finir ce casse-tête avant de partir.

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

1