05 juillet 2001
Si loin si près

Voilà, les scouts sont partis. Nous sommes encore allés faire un tour dans notre maison du nord. Immanquablement, peu importe l'état d'esprit dans lequel je suis, dès que je tourne la clé dans la serrure et ouvre la porte qui sépare la très petite entrée et le salon, un sourire fleurit sur mes lèvres, provenant de cette légère palpitation d'émotion qui me saisit à cet instant précis. Le sourire "chaumière-mon-royaume" que j'appelle. L'autre jour, j'ai déjà employé cette expression de "royaume de chaumière" et je jonglais si je devrais plutôt inverser les mots. Les forts en thème, vous pouvez m'aider.

Ce soir nous sommes allés souper avec la fille, le gendre, la mère-belle et la soeur-belle, dans le chic restaurant où travaille le gendre. C'est son jour de congé, alors il a troqué son tablier contre une chemise noire, pantalon noir et cravate de soie bleue (il s'habille bien plus chic qu'à son mariage en août dernier où il crânait encore le marginal!). Pour revenir au restaurant situé au coeur de la Main cosmopolite (St-Laurent et Sherbrooke), style très continental décontracté, où l'argent coule et roule bien plus que les galets de ma cour, pas une fleur ni une plante verte ne décore la place. Mais ... mais les serveuses sont surprenamment sveltes et minces, vêtues d'une camisole faussement sobre d'une bleu marin bien décolleté et d'une jupe moulante si petite que ... les clients, et même les clientes, s'en passent bien des autres spécimen de la nature ... Bien sûr les plats sont délicieux mais la facture salée! Mais nous sommes si près de chez nous et si loin de notre quotidien que le contraste s'avère sociologiquement intéressant. Au passage, je note la forme originale des assiettes, la courbe épurée des carafes de vin, la sobriété du décor, le beau est toujours appréciable et cher!

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

1