03 juillet 2001
Ici et maintenant

Tard hier soir, j'ai commencé le casse tête: un énorme bouquet de fleurs dans un vase posé sur un comptoir de marbre! Mille cinq cents morceaux qui me fascinent, moi qui ne faisais que des casse-tête de mille morceaux! Bien sûr, je ne fais que le casse-tête toute la journée aujourd'hui, il sera beau et majestueux!

Mes fils découvrent Louis de Funès, ils rient aux drôleries du gendarme. Je suis contente qu'ils fassent autre chose que les jeux d'ordinateurs. Nous sommes allés manger tous les cinq à ce restaurant, La Popessa, où l'on choisit sa sorte de pâtes et la sauce qu'on veut. Ils ont aimé et moi aussi.

Je traine dans mes écrits de journal et la mise en ligne. Être ici et maintenant, beaucoup avec les miens, à me coucher et à me lever tard, me fait perdre mes repères et mes routines. Les écrits deviennent en quelque sorte futiles. Être ici et maintenant, sans mâcher le passé, sans angoisser pour plus tard. Paresser dans son sens le plus noble ...

Je lis qu'il y a des diaristes qui entretiennent toute une correspondance privée avec certains correspondants, d'autres discutent beaucoup sur icq ou sur d'autres forums. Je ne sais pas comment ils font, ils m'intriguent mais je ne les envie pas. Il me semble que je suis bien assez occupée comme ça. Peut-être suis-je paresseuse, ou farouche et solitaire? Ou superficielle? Ou trop vulnérable pour investir dans une relation personnelle, même virtuelle?

Être ici et maintenant me fait presque oublier que les scouts partent pour Calgary dans deux jours et que nous partirons nous aussi dans Charlevoix pour quelques jours. Un petit tour comme ça pour voir du pays et de l'espace, sans planification, sans même de réservation d'hôtel. Là-bas et plus tard, nous aviserons ...

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

1