01 juillet 2001
Jazz

Retour en ville et magasinage avec le gratteux chez La Baie, comme chaque fois que ma soeur trouve un coupon de 50% de rabais additionnel. Bref, je commence à acheter des vêtements d'école pour les garçons déjà!

Et puis ce soir, malgré ma lassitude, je suis allée au festival internationnal du jazz de Montréal. Il y a deux ou trois ans, j'y allais surtout en salles, quand une amie avait des billets de courtoisie. Aujourd'hui, je suis allée à deux spectacles en plein air, tout à fait dans l'esprit du blues et des jazzmen ... Au premier spectacle, j'étais assise à l'estrade, donc plus loin, et j'étais tout à fait distraite par le spectacle des gens, jeunes et vieux, de tous les genres, qui étaient là, pour avoir leur part de l'action. Certains sautillaient ou se balançaient au gré du blues, d'autres, comme moi-même, tout à fait contemplatifs, plus appliqués à s'imprégner de l'ambiance que s'imbiber de jazz. Mes yeux étaient solliciter de toute part, par tous ces gens, ces bribes d'histoires, rien que par leur accoutrement, ou leur barbe, leurs verres fumées, leur façon de marcher, etc. Mes oreilles se laissaient emporter malgré moi par la vague du blues. Le saxophone déchire l'air de sa complainte chaude. Le jazzman Frankie Lee avec ses accents éraillés du Sud, cette foule disciplinée, ces odeurs de marijuana transportées par le vent, voilà l'ambiance du festival, année après année. Mais ce soir, il y fait froid. Ma fille venait nous rejoindre avec des chandails en renfort. Un autre café pour terminer la soirée, puis nous sommes retournés à la maison, satisfaits.

Il se fait tard, je suis encore ici à écrire, à lire les journaux accumulés. Il me semble que je n'ai pas une minute à moi, j'ai bien envie de commencer ce casse-tête, mais quand? Ce soir, je veille, en compagnie de mes papiers et mes livres qui m'entourent mieux que toute la foule qui était là, au nom du jazz. Et puis le jazz en soit, cette année, ne m'apporte rien de plus, sur ma palette des impressions. Je suis déjà habitée, colorée et pleine.

hier consulter les archives demain

retour à la page principale

1