28 avril 2001
D'un printemps à l'autre

Pour commenter mon cahier rouge, voilà, je suis partie de ma ville natale. C'était un choix logique et nous n'avons pas tergiversé ou hésité longtemps. En 1954, le Viêt-Nam a déjà été séparé en deux, au 18ième parallèle. Naivement, nous pensions que peut-être ce sera quelque chose de semblable, c'est-à-dire, la perte d'un autre territoire. Alors donc, ma famille a commencé son errance: pas de maison, pas de commerce, pas d'emploi pour personne et très peu de sou ...

Aujourd'hui, en vieillissant, je regrette des reliques que je n'ai pas gardées. Ce "pull" rouge, cadeau de Suisse, qui avait trouvé passage dans mon unique bagage à main, par exemple. Mais il me reste les vieilles lunettes, achetées dans les derniers mois ... Et ce cahier rouge, avec les devises du mouvement de Réarmement moral inscrites à la main et insérées sous le plastique protecteur ...

Aujourd'hui, les pieds bien ancrés dans la terre ferme de mes enfants, je ne erre que parfois, plutôt dans la tête qu'en vérité. À preuve, ce petit voyage que nous avons fait cet après-midi, tous les sept dans la minivan rouge, pour rendre visite au frère de mon mari qui vit au bord du lac St-Louis. Ma famille québécoise est donc toute réunie autour d'un feu de bois, après un repas au poulet barbecue, à la salade de choux de marque St-Hubert, à la pizza congelée cuite maison, au dessert de gâteau au fromage acheté à la patisserie grecque de la rue Jean-Talon de Montréal. Ces détails en force, c'est pour me secouer les méninges, me replacer la pendule ... Je suis bien au printemps 2001, bien entourée, bien aimée, bien accueillie, avec une épaule solide sur laquelle m'appuyer, un toit, un nid, un refuge, un emploi, un avenir, des sous ... Tout ce que je n'avais pas au printemps 1975...

hier consulter les archives demain

retour à la page principale