13 avril 2001
Vendredi 13

Le vendredi 13 s’annonce gris et indécis. Je dois partir vers mon refuge, avec mari et enfants, mais les enfants ne sont pas encore levés et le mari traîne son petit rhume, sinon ses savates. Nous finirons bien sûr par y aller en après-midi, après quelques sauts d’humeur!

Le 12, qui précède ce 13 improbable, était riche en rebondissements heureux. J’ai reçu un appel de quelqu’un de connu … et la nouvelle a bien impressionné mon petit public, mes enfants en l’occurrence. Ils veulent m’accompagner à mon rendez-vous pour lui serrer la pince et pour les autographes! Mon plus jeune, d’esprit pratique, disait qu’il en demandera plusieurs … pour en revendre certains! Mais je ne crois pas que je vais aller à ce rendez-vous d’affaires, escortée par ma petite suite. Cette personne a bien droit à sa vie privée! J’ai aussi reçu un courriel ressuscitant un important dossier de ses cendres. Voilà une première manche perdue que j’ai reprise, en espérant que j’en sortirais gagnante de cette joute.

J’étais calme et efficace hier, malgré la grande discussion avec un de mes fils la veille. Celui-là qui amorce une phase houleuse de sa vie adolescente. La quête de sens est vive à son âge, les humeurs sont cahoteuses et les opinions tranchantes. Au moins il me parle, il s’agit que je lui démontre que j’ai bien écouté et entendu. Les plus vieux n’ont pas le monopole de la vérité.

J’aime bien cette expression, « les plus vieux »! Je suis une plus vieille, pas encore une vieille. Par opposition aux jeunes et aux plus jeunes. Non pas une adulte, par opposition aux non adultes. Adulte comme arriviste, détenteur de vérités. Et non adultes, comme non arrivés, non complétés et imparfaits.

Hier soir, j’étais au théâtre Jean-Duceppe, pour la pièce « Les Voisins ». Une pièce dite comique et divertissante, dans la veine du populisme québécois. La salle était comble, la pièce affiche plusieurs supplémentaires. J’ai peu ri en fait. Malgré mes vingt-six ans de vie québécoise, par ces détails près, on voit bien que je ne suis pas nécessairement acculturée. Je ne le serai pas non plus, je crois, dans un autre vingt-cinq ans!

hier consulter les archives demain

retour à la page principale