03 avril 2001
Fragilité

Je me sens comme une maison ouverte à tous vents : les appels qui m’arrivent sont bizarres, de source douteuse, de motivation louche. Une situation boiteuse se présente ce soir, avec un dossier. Même ma lessive sort bizarre : mon couvre matelas blanc jaunît au lavage, est-ce à cause de l’eau de Javel?

Ce midi, un fils revient en coup de vent, celui qui ne revient jamais à midi d’habitude. Je lis quelques diaristes : après Script-o-mania, je me précipite sur le téléphone pour prendre un rendez-vous de mammographie que je néglige depuis mon anniversaire! Je n’ai pas de bosse je crois, moi qui ne sais pas me palper!

Maintenant, je m’efforce de m’habiller puis de sortir, poser quelques gestes familiers : aller au nettoyeur, reprendre les chemises propres, faire coudre la poche de mon imperméable qui s’est décousue. Peut-être qu’en aérant ma tête, les portes vont se refermer et je finirai la journée comme il se doit!

Hier soir, je viens d’acheter « Éloge de la fragilité » de Pierre Bertrand, aux éditions Liber parce qu’il y a tout un chapitre sur l’identité et écriture. Je ne vois pas encore le lien avec la fragilité. J’en reparlerai certainement!

hier consulter les archives demain

retour à la page principale